lundi 5 novembre 2012

Viviane: La Petite Ecole, maternelle bilingue à Singapour

Viviane est une jeune maman pleine d’énergie qui a ouvert une école maternelle française bilingue, alternative au Lycée Français de Singapour. J’ai eu la chance de pouvoir la rencontrer dans les locaux de La Petite Ecole (site web ici). Très honnêtement, j’ai été impressionnée à la fois par la visite, et la rapidité avec laquelle Viviane a tout mis en place avec l’aide de son mari, pour ouvrir en septembre 2012 !

Présentation: 
Bonjour, j’ai 34 ans, 2 enfants de 2 et 4 ans, et je suis ce qu’on appelle une banane (asiatique - jaune à l’extérieur-, mais complètement française -blanche à l’intérieur, née en France, et y ayant vécu jusqu’à mon arrivée à Singapour il y a 6 ans) !
J’aurais aimé être une artiiiste, j’ai fait du violon à haut niveau, et d’ailleurs je continue de jouer ici avec l’opéra de Singapour et j’ai enseigné le violon, mais j’ai fini par faire HEC et à travailler en entreprise à Paris.
Aujourd’hui, avec mon mari, nous lançons une nouvelle école maternelle française bilingue à Singapour : La Petite Ecole (www.lapetiteecole.com.sg).

Ton business: 
La Petite Ecole est, au-delà d’un simple business, de l’ordre du service public. Nous pensons à toutes ces familles qui n’ont pas de place au Lycée Français de Singapour, ou qui souhaitent mettre leur enfant en classe bilingue dès la Petite Section, et sans sélection aucune ! Nous proposons une alternative au LFS, une petite structure à taille humaine, dans un cadre verdoyant.
Devenir Mampreneur, pourquoi? 
Cette idée m’est venue subitement, et m’a été inspirée par mes enfants : ils sont tous les deux nés à Singapour, ont très facilement appris l’anglais (ou plutôt le Singlish !) au contact d’enfants (à la crèche locale, dans le condo) et de leur maid. En même temps, ils continuent de nous parler en français, mais j’avais peur que finalement ils baragouinent un peu les deux et n’acquièrent jamais un bon niveau dans aucune langue. Devenir Mampreneur dans ce secteur d’activité, c’est pour moi être au plus proche de l’éducation de mes enfants, et leur fournir ce que je pense être le meilleur...on n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Hobby ou réel boulot (ou les deux!)? 
Réel boulot bien sûr, (mon hobby reste la musique !). Ouvrir une école ne peut se faire ni à moitié ni à la légère !

Parcours de santé ou parcours du combattant? 
Jusqu’à présent, parcours du combattant, nous avons ouvert le 10 septembre  2012 seulement. Il a fallu faire des démarches administratives, recruter, trouver un lieu, l’aménager, acheter du matériel, se faire connaître...penser à tout, se rendre compte qu’on n’a pas pensé à tout...travailler énormément !

Travailler de la maison, est-ce compliqué, et recommandé? 
Je travaille à la fois à l’école pendant les heures de cours, et à la maison avec mon mari le reste du temps. C’est un projet qui nous passionne et qui demande aussi beaucoup d’énergie et d’attention - c’est un peu notre troisième enfant ! En fait, il est omniprésent et même en voiture, au restaurant...il nous suit partout dans nos pensées et nos conversations !

Qu'est ce qui t'a le plus surprise dans ton parcours? 
Le fait d’avoir fait HEC pour finalement entrer...en maternelle ! Mais je crois que c’est vraiment la maternité qui a changé mes priorités, et aussi l’expatriation à Singapour. Je n’ai plus voulu remettre les pieds dans une entreprise classique (je travaillais dans une grande agence événementielle, avec de gros horaires, une grosse pression...). Je ne souhaitais plus être dans un bureau du matin au soir, voire la nuit et le weekend. C’est pour cela que je me suis recentrée sur ma passion - le violon. J’ai enseigné le violon à l’école allemande de Singapour, et en privé, et donné des concerts.
Désormais, avec La Petite Ecole, j’ai trouvé mon équilibre !

L'erreur #1 à ne plus refaire et/ou le conseil #1 à donner? 
Pour l’instant, je touche du bois, nous n’avons pas encore fait de grande erreur, l’avenir nous le dira. Le conseil pour celles qui veulent se lancer : lancez-vous ! N’attendez pas que toutes les conditions soient parfaitement réunies, si vous avez une idée, passez à l’action !

T'es-tu appuyée sur des réseaux d'entrepreneurs, des ressources particulières qui pourraient être disponibles pour d'autres Mampreneurs? Si oui, lesquels? 
Facebook (Singapour Nanas), le Yahoo groupes de Singapour Mamans m’ont aidée à parler de l’école en son stade embryonnaire. Maintenant nous sommes aussi enregistrés à la Chambre de Commerce de Singapour. Elles Network me paraît être aussi un bon réseau, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller...encore tellement de choses à faire !

Tes perspectives? 
Grandir, grandir, vite !

Le regard des autres vis-à-vis de ton statut de Mampreneur? 
Ma famille est fière de moi, mes parents sont des immigrés asiatiques en France qui ont réussi par leurs propres moyens, en partant de rien. Le regard des autres, sincèrement, ne m’intéresse pas plus que ça, je fais ce que j’ai à faire, c’est tout.
Mais j’aime ressentir le regard complice et compatissant d’autres Mampreneurs, on se comprend.

Et la famille dans tout ça? 
Comme je l’évoquais précédemment, la famille est dans tout ça ! Je travaille avec mon mari, et pour mes enfants.

Et si c'était à refaire? 
Je l’aurais fait 10 ans plus tôt, avec plus d’énergie !

Si vous recherchez une alternative au Lycée Français de Singapour, La Petite Ecole est là. Programme entièrement bilingue français-anglais, cours de natation hebdomadaires, cadre idyllique au cœur de la nature, cours de récréation avec une extension-potager, un enclos avec des chevaux en face… ça fait rêver ! Allez visiter le site web, ici, et n’hésitez pas à prendre contact pour visiter les locaux. Il y a fort à parier que cette école va très vite se remplir !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...